Madagascar

 
Ivato et Antoetra [retour] [sommaire] [suite]
     
 
 

Nous décidons d'aller passer la nuit avec les Zafimaniry, un sous-groupe des Betsileo, le peuple de la forêt. Nous quittons donc momentanément notre guide Soulouf pour partir avec des sacs allégés en taxi-brousse particulier. Nous partons vers Ivato puis nous prenons une piste de 25 kilomètres. Il nous faut plus de 2 heures pour la parcourir. Nous arrivons alors à Antoetra. Là, nous rencontrons Joseph qui sera notre guide pour aller à Ifasina, petit village de 300 habitants, à 4 kilomètes de marche de là.


Ivato et ses environs

Avant de partir, Joseph nous emmène à sa case et nous offre du riz pour nous souhaiter la bienvenue. Nous mangeons donc tant bien que mal ce riz trop cuit (quelques heures seulement !), non salé, mal lavé et servi avec son eau de cuisson. Mais c'est offert avec tant de gentillesse. Et c'est tellement touchant de se voir offrir quelque chose par ces gens qui ont si peu.

A Antoetra, c'est le deuxième jour de la cérémonie de retournement des morts. Celui-ci a lieu tous les 20 ou 30 ans, selon les richesses. Il faut savoir que le "SMIC" est de 150 000 F malgaches (soit environ 150 FF) et qu'un buffle coûte 1 500 FF et le riz 25 FF le kilo.

Il existe deux types de cérémonies. Le retournement est la plus impressionnante, on change le défunt de tombeau pour un plus beau, un plus grand. Il existe aussi une cérémonie plus simple durant laquelle on change simplement le linge dans lequel le mort a été enveloppé. On fait cela pour que l'ancêtre n'ait pas froid dans son vieux linge. Ce sont des fêtes gaies.

Nous partons ensuite avec Joseph. Il nous faudra plus d'une heure pour joindre Ifasina qui se trouve à 4 ou 5 kilomètres d'Antoetra. Ifasina se trouve à 1800 m d'altitude, Ivato à 1400, complétement isolé dans les montagnes. Coline après coline, on ne découvre rien d'autre en y allant que des colines et des vallées. On désespère d'arriver un jour, après chaque côte, une nouvelle colinne s'offre à nos yeux tout fatigués. Incroyable de penser que, au delà du primaire, les écoliers font cette route chaque jour !

La route vers Ifasina

Arrivés à Ifasina, nous posons nos sacs dans une case et nous rendons visite au chef et doyen du village.