Madagascar

 
Le parc Isalo [retour] [sommaire] [suite]
     
 
 

Lundi 11 octobre. Assis sur la terrasse, ou plutôt sur le balcon en bois du Joyeux Lémurien, notre hôtel tenu par un papi et une mamie super sympas, on a une vue imprenable sur le croisement central. Ce croisement, c’est le centre ville et apparemment le lieu de rencontre des gens. Tout le monde s’y rassemble. Les hommes avec leur chapeau et une couverture sur les épaules discutent ensemble. Les enfants jouent au cerceau ou à d’autres jeux. Les adolescents papotent et draguent. Les femmes se baladent et font leurs dernières courses. Un joyeux brouhaha. Et au loin, le soleil déjà couché derrière la montagne (il est 18H00) fait rougeoyer le ciel. Par contre, il n’y a pas d’électricité, donc dur dur d’écrire plus longtemps.

A propos, hier soir, je (Lionel : il s’agit de Marion) suis allée fre pipi à l’hôtel Isalo Ranch. Le pipiroom commun, un bungalow avec deux WC côte à côte, ne possède pas de lumière, mais des lampes tempêtes que j’ai laissée dehors. Donc je fais pipi, debout, faudrait pas attraper des microbes ! Au bout d’un moment, je me dis : « mais où est donc la cuvette ?». J’étais à côté.

Contrairement à l’Inde ou à l’Indonésie, nous n’avons pas vu d’animaux en mauvaise santé. Pas de chiens galeux ou blessés. Ils sont curieux c’est malgaches, apparemment pas mal cultivés mais avec des boulots simples. Ils adorent leurs enfants, passent du temps avec eux et sont très soignés (Lionel : sans faire de généralités). On a appris des trucs sympas sur eux. Mais d’abord, notre journée.

Lionel, qui doit avoir des centaines de boutons de puce, semble s’en être débarrassé, reste à laver les vêtements soupçonnés. Par contre il a attrapé un rhume avec mal de gorge, fièvre et nez qui coule, tout cela sous 30 °C. Dommage. Souvenir du taxi brousse sans doute.

Aujourd’hui, nous sommes allés donc au parc Isalo. Balade de 1H30 environ pour y aller à travers de superbes roches, avec des canyons autour, la savane au loin et les massifs rocheux de l’autre. De 900 m d’altitude, nous sommes montés à 1200 m sous le cagnard et l’estomac tout retourné (sans doute à cause de l’horrible café de ce matin).

Le parc Isalo

Vers 10H30, nous sommes arrivés à la piscine. Un lieu paradisiaque avec une végétation luxuriante et une cascade d’eau fraîche tombant dans une piscine naturelle creusée dans les rochers. On a passé la journée à s’y baigner et se dorer (ou plus justement cramer) au soleil.

Le parc Isalo

Au retour, 6 km de marche, d’abord à travers les rochers, puis 3 km dans la savane pour rallier Ranohira. A 15H30, le soleil tape dur. En chemin, nous avons vu des Baobabs qui n’en sont pas (les pieds d’éléphant, des fleurs jaunes très jolies), et des Tapias, des arbres ressemblants à des oliviers, quasi seule végétation dans la montagne. Quelques arbres avec des termites dessus et quelques herbes hautes aussi. Les Tapias ont des petits fruits. Mais les malgaches ne les mangent que lorsqu’ils sont à terre. Il est interdit de les cueillir, c’est un fadhi (un interdit, un tabou). Même si personne ne sait d’où cela vient, tout le monde le respecte, comme tous les fadhis. Nous avons vu aussi des tombeaux dans les rochers, refermés par des pierres. Le clou de la journée, on l’a appris ensuite par Soulouf, c’est que Mac Giver, notre guide, et l’ancien chef des brigands voleurs de zébus. Tout le monde le craint et le respecte, et pourtant il est tout petit.

Soulouf, Mac Giver, Marion et moi

[retour] [sommaire] [suite]